jeudi 22 janvier 2009

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise - Dai Sijie

Avec les livres absolument pas motivants que j'ai eu à lire pour la Fac, je n'ai pas eu le temps de lire un seul livre pour mon propre plaisir durant tout le semestre. Aussi, dès que les examens de Littérature Britannique et Française sont passés, je me suis jeté sur un livre que je m'étais acheté il y a quelques mois "Balzac et la Petite Tailleuse chinoise" de Dai Sijie. Il s'agit d'un cinéaste et romancier chinois qui vit en France depuis plus de 20 ans. Ce roman est le premier qu'il a écrit, en 2000, directement en français. Et bien que, compte-tenu de son succès, "Balzac et la Petite Tailleuse chinoise" ait été traduit dans plus de 25 langues, il ne l'a pas été en chinois car la Révolution Culturelle sous Mao reste un sujet taboo encore de nos jours. Car oui, ce roman aborde cette Révolution Culturelle qui a duré 10 ans en Chine, de 1966 jusqu'en 1976, c'est-à-dire jusqu'à la mort de Mao Zedong. Ce dernier voulait, comme nous le raconte le roman, rééduquer les jeunes intellectuels en les envoyant en rééducation, loin de toute civilisation, loin de toute culture sous n'importe quelle forme qu'elle soit. Littérature et musique y compris. Mais avant toutes ces références historiques, c'est le titre qui m'a interpelée. Je ne voyais absolument pas quel pouvait être le rapport entre Balzac, un écrivain que je n'apprécie d'ailleurs pas beaucoup, et une Petit Tailleuse Chinoise? "Balzac et la Petite Tailleuse chinoise" est un livre assez court, relativement simple à lire et qui traite d'un sujet délicat sur un ton quelque peu désinvolte, fort d'un humour qui rend les évènements beaucoup moins dramatiques. Le narrateur raconte ce qu'il a vécu sans jamais s'apitoyer sur son sort, sans aucun jugement, et en prenant presque toujours les choses du bon côté. De ce fait, on s'attache très vite à lui sans même savoir son nom. On le suit dans ses taches quotidiennes, dans ses petits moments privilégiés, dans ses galères, dans sa découverte de la sexualité et dans ses rencontres littéraires avec Balzac et autres auteurs occidentaux. Et en lisant ce roman, on se rend compte de la chance que nous avons de pouvoir lire, écouter ou même étudier ce que nous souhaitons, et nous comprenons également l'impact que peut avoir la culture, peu importe la forme qu'elle prend, dans la vie de tous les jours. La culture peut être partagée avec les gens qui nous entoure comme le fait Luo avec la Petite Tailleuse. Elle peut aussi nous faire prendre conscience de certaines choses aussi. C'est ainsi que la Petite Tailleuse, une simple montagnarde inculte, prend conscience que la vie doit être vécu ailleurs que dans sa montagne, et en dehors des livres. Bref, j'ai beaucoup aimé ce livre et je me suis même commandé le DVD du film qui a été réalisé par Dai Sijie lui-même, c'est pour dire!
En 1971, comme des millions d'autres jeunes citadins chinois, le narrateur et son ami Luo sont envoyés sur une haute montagne isolée voisine du Tibet, où ils seront "éduqués" par les paysans. Les adolescents ont trois chances sur mille de revenir un jour dans leur ville natale. Dans le village voisin, un autre jeune de la ville cache scrupuleusement une valise remplie de livres interdits : Balzac, Flaubert, Hugo, Kipling, Emily Brontë, Rousseau, Dostoïevski... Grâce à ces trésors, la ravissante Petite Tailleuse, jeune fille convoitée par tous, ne sera plus jamais la même.
«Avec ces livres, je vais transformer la Petite Tailleuse. Elle ne sera plus jamais une simple montagnarde.»

3 commentaires:

polly63 a dit…

Je l'ai lu voilà un petit moment déjà et j'avais beaucoup aimé. On ne peu passé à côté de ce best seller!!
Ca fait du bien de se ménager des pauses en dehors des lectures obligatoires de la fac!

Malteseres a dit…

Je n'ai jamais apprécié Balzac, et pour cause! Je me suis auto-obligée à lire Eugénie, le père Goriot et la fille aux yeux d'or parce qu'ils étaient au programme.

Par contre, si le film me dit quelque chose, peut-être que je donnerais sa chance au bouquin

KazuChan a dit…

Malteseres >> Moi non plus je n'aime pas Balzac mais le livre ne parle pas spécialement de Balzac, tout juste quelques références ;)

 
Copyright 2009 Moonlight Memories. Powered by Blogger
Blogger Templates created by Deluxe Templates
Wordpress by Wpthemescreator
Download Royalty free images without registering at Pixmac.com