vendredi 3 décembre 2010

Mange, prie, aime - Elizabeth Gilbert

A l'annonce de la sortie du dernier film de Julia Roberts, une actrice que j'adore, j'ai décidé de commencer par lire le livre duquel il était inspiré. Histoire de ne pas être déçue. Bon, je plaide coupable, j'ai regardé le film à mi-livre. Et je l'ai trouvé bien, mais j'ai plutôt envie de vous parler du livre que j'ai achevé de lire il y a quelques jours. J'ai tout simplement adoré! Pourtant, j'avoue que le côté "prie" du titre ne m'inspirait pas trop, mais on se rend vite compte que c'est plus spirituel que religieux. Et c'est tant mieux, quand on sait ce que je pense de la religion... Bref, c'est difficile de dire pourquoi j'ai vraiment aimé ce livre. Déjà, il faut savoir que c'est une histoire vraie, le récit de la vie de l'auteure. Et je trouve ça rassurant de voir qu'on peut décider de changer de vie, de tout quitter pour repartir à zéro. Je pense que ce livre a débarqué dans ma vie au bon moment, même si je n'envisage pas de partir faire le tour du monde afin de retrouver ma paix intérieure, il m'a... Je sais pas... Donner un peu d'espoir et m'a ouvert les yeux sur certaines choses.

Du coup, j'ai mit pas mal de temps à le lire. Parce que chaque chapitre réveillait quelque chose en moi et qu'il fallait que je l'assimile avant de pouvoir continuer. Il m'a donné à réfléchir, et à envisager la vie sous un angle différent. Et je crois que ça fait vraiment très longtemps que la simple lecture d'un livre n'avait pas éveillé autant de choses en moi. En plus du récit que j'ai trouvé passionnant, j'ai adoré le style d'Elizabeth Gilbert. C'est vraiment léger, facile à lire, plein d'humour et d'émotions. Vraiment sincère. J'ai adoré la douceur avec laquelle l'auteure parle des gens qu'elle a rencontré. Pour moi qui suis quelque peu associale, j'ai presque eu envie de m'intéresser au monde entier. Bref, je crois que je pourrais faire des éloges de ce livre des heures entières, mais la meilleure façon de vous faire une idée de ce petit bijoux c'est encore de le lire. Et j'espère que mon article, si modeste soit-il, vous donnera envie de le découvrir et qu'il vous plaira. Et n'oubliez pas que pour ceux qui sont réfractaires à la lecture, il reste le film (avec Javier Bardem ♥).

A trente et un ans, Elizabeth Gilbert possède tout ce dont une Américaine ambitieuse peut rêver : un mari dévoué, une belle maison, une carrière prometteuse. Elle devrait nager dans le bonheur, pourtant elle est rongée par l'angoisse, le doute, l'insatisfaction... S'ensuivent un divorce, une dépression et une liaison désastreuse qui la laissent exsangue et encore plus désemparée. Elle décide de tout plaquer pour partir seule à travers le monde. À elle de se construire la vie qu'elle s'est choisie ! En Italie, elle goûte aux délices de la dolce vita et prend les "douze kilos les plus heureux de sa vie", en Inde, ashram et rigueur ascétique l'aident à discipliner son esprit (lever à 4 heures du matin, méditation et nettoyage des sols !) et en Indonésie, elle cherche à réconcilier son corps et son âme pour trouver l'équilibre qu'on appelle le bonheur... Elizabeth Gilbert nous invite à un voyage vers l'inconnu joyeux et émouvant, libéré des mascarades et faux-semblants. À travers une mosaïque d'émotions et d'expériences culturelles, elle a su conquérir le cœur de millions de lectrices qui ont aimé pleurer et rire avec elle. Et qui rêvent de changer de vie, elles aussi...

"Les gens ont tendance à penser universellement que le bonheur est un coup de chance, un état qui leur tombera peut-être dessus sans crier gare, comme le beau temps. Mais le bonheur ne marche pas ainsi.Il est la conséquence d'un effort personnel. On se bat, on lutte pour le trouver, on le traque, et même parfois jusqu'au bout du monde. Chacun doit s'activer pour faire advenir les manifestations de sa grâce.  Et une fois qu'on  atteint  cet état de bonheur, on doit le faire perdurer sans jamais céder à la négligence, on doit fournir un formidable effort et nager sans relâche dans ce bonheur, toujours plus haut, pour flotter sur ses crêtes."

dimanche 28 novembre 2010

Zazie - Sur toi


Voilà une chanson de Zazie qui n'est plus toute récente, mais que j'avais envie de partager ici, avec vous, pour expliquer en partie les raisons de mon absence sur ce blog. Il y a eu beaucoup de changements dans ma vie, et souvent je me dis que j'devrais en parler un peu ici, vous parler de celui que j'aime, de ce qu'on vit, de ce qu'on partage, de ce que j'ai découvert avec lui... Mais jamais les mots ne viennent. Je suis pas sûre d'avoir envie justement de partager tout ça, ni d'y mettre des mots dessus. Je suis heureuse, et ça ne se raconte pas le bonheur, ça se vit... Et c'est ce que je fais. Je vais pas vous dire que tout va toujours bien parce que ce serait mentir. Evidemment, il y a la distance, le manque et l'absence. Les coups de déprimes aussi. Mais je vis une très belle histoire d'amour malgré tout, et le bonheur qu'on partage quand on est ensemble dépasse tout le reste... Bref, comme je n'avais pas les mots pour dire tout ça, je laisse cette chère Zazie le faire à ma place :)



Sur toi
Zazie



J'écris sur ce que j'endure
Les petites morts, sur les blessure
J'écris ma peur
Mon manque d'amour
J'écris du cour
Mais c'est toujours

Sur ce que je n'ai pas pu dire
Pas pu vivre, pas su retenir
J'écris en vers
Et contre tous
C'est toujours l'enfer
Qui me pousse

A jeter l'encre sur le papier
La faute sur ceux qui m'ont laissée
Ecrire, c'est toujours reculer
L'instant où tout s'est écroulé

On n'écrit pas
Sur ce qu'on aime
Sur ce qui ne pose pas
Problème
Voilà pourquoi
Je n'écris pas
Sur toi
Rassure-toi

J'écris sur ce qui me blesse
La liste des forces qu'il me reste
Mes kilomètres de vie manquée
De mal en prose, de vers brisés

J'écris comme on miaule sous la lune
Dans la nuit, je trempe ma plume
J'écris l'abcès
J'écris l'absent
J'écris la pluie
Pas le beau temps

J'écris ce qui ne se dit pas
Sur les murs, j'écris sur les toits
Ecrire, c'est toujours revenir
A ceux qui nous ont fait partir

On n'écrit pas qu'on manque de rien
Qu'on est heureux, que tout va bien
Voilà pourquoi
Je n'écris pas
Sur toi
Rassure-toi

J'écris quand j'ai mal aux autres
Quand ma peine ressemble à la votre
Quand le monde me fait le gros dos
Je lui fais porter le chapeau

J'écris le blues indélébile
Ça me paraît moins difficile
De dire à tous plutôt qu'à un
Et d'avoir le mot de la fin

Il faut qu'elle soit partie déjà
Pour écrire " ne me quitte pas "
Qu'ils ne vivent plus sous le même toit
Pour qu'il vienne lui dire qu'il s'en va

On n'écrit pas la chance qu'on a
Pas de chanson d'amour quand on en a
Voilà pourquoi, mon amour
Je n'écris rien
Sur toi
Rassure-toi

♥ Je t'aime ♥

jeudi 21 octobre 2010

[anime] Animation Runner Kuromi

S'il y a bien un sujet de divergence entre mon chéri et moi, c'est notre opinion sur les versions françaises des animes japonais. Personnellement, je ne conçois pas de regarder les animes autrement qu'en VO, et le peu que j'ai vu en VF (à savoir un épisode par-ci, par-là, en zappant à la TV) n'ont pas du tout contribué à faire changer mon opinion sur le sujet. Quant à lui, il sait apprécier les VF et les défend avec une ferveur rare quand il estime qu'elles sont de bonne qualité. Et il tente, sans grand succès, de me faire changer d'avis... Il m'a donc prêté un DVD, "Animation Runner Kuromi", que je devais absolument regarder en VF car les doublages sont fait pas une équipe de passionnés. J'me suis donc lancé dans l'aventure de la VF en regardant les 2 OAVs qui composent l'intégralité de cette série. Et je dois dire que, pour le coup, la VF était bien et que j'ai été très agréablement surprise! Oui, oui, c'est bien moi qui dit ça x)

Gambatte Kuromi!

Concernant l'anime à proprement parlé, je l'ai trouvé vraiment intéressant. Et drôle aussi. On suit les péripéties de Mikiko Ohguro, surnommée Kuromi, qui, à peine débarquée à son nouveau poste dans un studio d'animation, se retrouve directement responsable de production. Elle doit boucler les épisodes à temps, mais la pauvres n'est pas aidé par ses collaborateurs. Elle devra donc user de patience et de motivation pour la survie du studio PETIT. Et j'ai adoré découvrir cet univers. A vrai dire, je ne me suis jamais vraiment demandé comment été créer tous ces animes que je regarde. Je n'ai jamais imaginé le travail que pouvait demander un seul petit épisode. Et j'me suis rendu compte que c'était quand même quelque chose d'énorme. J'ai aussi apprit quelques termes techniques, et des métiers liés à l'animation donc je ne soupçonnais même pas l'existence. Bref, j'ai adoré découvrir tout ce petit univers!

L'équipe du studio PETIT

La jeune et dynamique Kimiko Oguro réalise son rêve d'enfance en rejoignant un studio d'animation. Mais le rêve se transforme vite en cauchemar lorsqu'elle réalise qu'elle a été nommée directrice de production, que le projet sur lequel elle est censée travailler a accumulé un retard incroyable et que l'équipe sous ses ordres n'est pas composée des gens les plus motivés... 

lundi 18 octobre 2010

[extrait] Mange, prie, aime - Elizabeth Gilbert

"En outre, j'ai des problèmes de limites avec les hommes. Mais peut-être est-ce injuste de ma part de dire ça. Pour avoir des problèmes avec les limites, encore faut-il avoir des limites, non? Or, moi, je disparais dans la personne dont je suis amoureuse. Je suis la membrane perméable. Si je suis amoureuse de vous, vous pouvez tout avoir. Vous pouvez avoir mon temps, mon dévouement, mon cul, mon argent, mes parents, mon chien, l'argent de mon chien, le temps de mon chien - tout. Si je suis amoureuse de vous, je porterai toute votre souffrance à votre place, j'assumerai pour vous toutes vos dettes (dans toutes les acceptations du terme), je vous protégerai de vos sentiments d'insécurité, je projetterai sur vous toutes sortes de qualités que vous n'avez en fait jamais cultivées, et à Noël, j'offrirai des cadeaux à toute votre famille. Je vous offrirai le soleil et la pluie, et s'ils ne sont pas disponibles, je vous donnerai un chèque-soleil et un chèque-pluie. Je vous donnerai tout ça et plus encore, jusqu'à ce que je sois épuisée, lessivée et si diminuée qu'il ne me restera qu'une seule façon de recouvrer mon énergie : m'enticher de quelqu'un d'autre."

Extrait de Mange, prie, aime d'Elizabeth Gilbert
Edition "Livre de Poche"  -  Page 107

jeudi 30 septembre 2010

Ce que je sais de Vera Candida - Véronique Ovaldé

J'ai acheté ce bouquin sans grande conviction. Il y avait une promotion à France Loisirs sur les livres des éditions Piment, alors j'ai demandé à la vendeuse de me conseiller. Ce livre faisait parti de la sélection alors j'me suis lancée. J'ai eu un peu de mal a entrer dans l'histoire, puis plus je tournais les pages, plus j'étais entraînée dans l'histoire. Celle de 3 générations de femmes, vivant sur une petite île imaginaire d'Amérique latine,Vatapuna, dont le destin sera similaire, jusqu'à ce que Vera Candida décide de briser le mauvais sort qui semble planer sur sa famille en quittant son île natale.

Le style d'écriture de Véronique Ovaldé est d'abord un peu déroutant. Puis on s'y adapte très vite et on se rend compte qu'il colle parfaitement au rythme de l'histoire. A la fois légère, vive et chaleureuse, un peu à l'image des personnages. Avec des dialogues qui ne se différencient pas du récit, qui donne un peu l'impression de ressentir la chaleur étouffante de l'Amérique latine, mais aussi l'étouffement psychologique que peuvent ressentir les héroïnes du roman. En somme, une bonne surprise que la découverte de ce livre, qui me donne envie de me pencher de plus près sur les précédents romans de Véronique Ovaldé, notamment "Et mon coeur transparent" dont j'ai beaucoup entendu parler.
Quelque part dans une Amérique du Sud imaginaire, trois femmes d'une même lignée semblent promises au même destin : enfanter une fille et ne pouvoir jamais révéler le nom du père. Elles se nomment Rose, Violette et Vera Candida. Elles sont toutes éprises de liberté mais enclines à la mélancolie, téméraires mais sujettes aux fatalités propres à leur sexe. Parmi elles, seule Vera Candida ose penser qu'un destin, cela se brise. Elle fuit l'île de Vatapuna dès sa quinzième année et part pour Lahomeria, où elle rêve d'une vie sans passé.
"De toute façon elle décréta qu'il ne lui plaisait pas: il était trop grand et n'était pas assez vieil homme pour lui faire le moindre effet- sa grand-mère Rose Bustamente disait toujours qu'il fallait se choisir un homme beaucoup plus âgé que soi "parce qu'ils en ont fini avec leurs problèmes et peuvent ainsi s'occuper des tiens", elle ne disait jamais ce que les femmes de Vatupuna répétaient sans cesse, qu'elles attendaient d'un homme qu'il soit travailleur, qu'il les aime et les respecte, parce que, quand elle entendait ça, Rose Bustamente levait les yeux au ciel, haussait les épaules et s'exclamait, Autant espérer une pluie d'or du cul d'un âne."

mercredi 22 septembre 2010

C'est l'Automne ♪


Enfin! Ai-je envie de dire...
Même si j'ai passé un été merveilleux, sûrement un des plus beaux de ma vie, je suis contente que nous soyons en Automne. Certainement ma saison préférée. J'aime les couleurs, l'ambiance romantique et mélancolique que dégage cette saison. Ça me donne des envies de ballades en amoureux, main dans la main, dans des forêts aux couleurs flamboyantes, emmitouflés dans des écharpes, serrés l'un contre l'autre pour se réchauffer un peu... Des envies de regarder le ciel pendant des heures, avec lui. De le regarder, lui, tandis que le jour laisse doucement place au crépuscule. Et de lui tenir la main dans cet univers rouge orangé. Ne jamais la lâcher... Ne jamais repartir...

Image hébergée par servimg.com

Btw, nouveau design sur "Moonlight Memories".

[manga] Kaikan Phrase - Mayu Shinjo

Honnêtement, j'ai arrêté de compter depuis combien de temps je n'avais plus achevé la lecture d'un manga. Il faut dire qu'en plus d'en lire beaucoup moins qu'avant, la plupart des séries que je suis régulièrement sont en cours de parution. Bref, lors de la dernière édition de Mang'Azur, je m'étais offert le premier volume d'un shôjo dont je ne connaissais rien, "Kaikan Phrase" de Mayu Shinjo, et je l'avais lu dans le train. J'avais bien aimé, donc quand je suis tombée sur le reste de la série à 2€ le tome, je me suis jetée dessus. Vu que la série se compose de 17 volumes, c'était l'occasion ou jamais! J'ai donc achevé la lecture de ce manga avant-hier, et j'en ressors un peu mitigée...

L'histoire d'amour entre Ainé et Sakuya est très belle, et certains passages m'ont vraiment touchée. J'me suis quelque fois sentie concernée par ce qu'ils vivaient, et j'ai quelques fois rêvé de vivre le même genre d'amour. Un amour sans condition, être prête à vivre uniquement pour l'autre, à lui offrir une confiance aveugle et sans limite, un amour à la fois pur mais où le sexe tient quand même un rôle important car ce sont dans les moments les plus intimes qu'on apprend à connaître l'autre. Et une histoire d'amour où chaque mot à son importance. En tout ça, je me suis identifiée, car c'est finalement ce que je vis en ce moment. D'autant plus que certains thèmes tels que la séparation, la distance et l'acceptation sont abordés au fil des pages...

Sakuya et Ainé

A côté de ça, il y a ce petit truc qui m'a dérangé et qui est qu'Ainé, simple lycéenne, mignonne mais pas non plus exceptionnelle, attire la convoitise de TOUS les mecs qu'elle croise tout au long du manga. Et j'ai trouvé ça un peu abusé. Il lui arrive trop de choses à la fois, et pareil pour Sakuya mais bon, comme c'est une RockStar, c'est peut-être un peu plus plausible... Mais bon, en tant que Shôjo-Fan, ça ne m'a pas empêché d'apprécier ce manga, parce que j'aime les histoires d'amour impossibles et les Happy End ♥ Puis il ne faut pas oublier qu'en plus de nos deux amoureux transi, il y a une ribambelle d'autres personnages, dont les membres de Lucifer (le groupe dont Sakuya est le chanteur), qui assurent la petite touche d'humour sans quoi "Kaikan Phrase" ne serait pas un vrai shôjo. Pour terminer cet article, et avant de vous laisser avec un petit résumé, je tiens quand même à préciser que même s'il n'y a aucune scène vraiment explicite, le sexe joue un rôle important dans l'histoire. Donc à ne pas laisser entre toutes les mains à mon avis...

Lucifer

Aïné est une jeune lycéenne un peu timide qui se passionne pour l'écriture et la musique. Elle décide un jour de participer à un concours de “lyrics” (paroles de chanson) et rédige pour cela un texte assez osé et suggestif. En pleine rue, la feuille sur laquelle elle a écrit sa chanson s'envole... Elle court après pour la rattraper et manque alors de se faire écraser par une voiture de sport conduite par un séduisant jeune homme. Ce dernier, manifestement intéressé par la jeune fille, l'invite à se rendre à un concert.
Troublée, Aïné accepte, et découvre avec étonnement que ce jeune homme, Sakuya, est le chanteur du groupe Lucifer. Et elle est encore plus effarée lorsqu'elle l'entend chanter le texte qu'elle avait écrit... Un regard, un sourire, et les destins de Sakuya et Aïné sont liés. Elle sera la parolière officielle du groupe.

dimanche 19 septembre 2010

Le pourquoi du comment

Petit article un peu inutile mais marrant qui fait écho à celui de Julie, datant de quelques mois, qui porte le même titre et qui consistait à regarder à partir de quels mots clés les gens pouvaient bien atterrir sur nos blogs. J'ai eu la curiosité d'aller voir ça dans les statistiques aujourd'hui et la plupart des gens arrivent ici en tapant tout simplement "KazuChan", voire "KazuChan13", d'autres en tapant mon nom et mon prénom aussi. Ce qui veut dire qu'ils me recherchent consciemment =O


Après, y en a pas mal qui arrivent ici parce qu'ils recherchent des informations sur Indochine. Notamment sur le dernier album. C'est ainsi qu'on retrouve des recherches telles que "premier single extrait de l'album la république des meteors", "indochine au 66 minute sur m 6 le 5 avril 2009" ou encore "indochine de quoi j'ai l'air" (certaines recherches sont mystérieuses ^^').


Puis y a aussi tout ce qui tourne autour des animes. Du genre "shinkyoku soukai polyphonica musique", "bokura ga ita phrase inédite", "kan yano suke boi" (pourquoi pas...), "anime moonlight vampire vostfr"ou encore "photo mangazur 2009"...


Enfin, on trouve quelques recherches concernant "Amélie Nothomb" et une recherche qui me fait bien marrer parce que j'ai énoncé ça une fois dans mon blog, et qu'en plus j'y suis même pas allée, du coup j'vais passer pour j'sais pas quoi, mais certains sont arrivés ici en tapant "coffee shop maastricht heure fermeture" xD Alors je m'excuse auprès de ces personnes qui n'auront certainement pas trouvé de réponse ici ^^'

samedi 18 septembre 2010

Indochine - Le Dernier Jour


Indochine- Le Dernier Jour
envoyé par indochineofficial

Avec tous les évènements récents et mes multiples voyages, j'ai carrément zappé que le dernier single d'Indochine était sorti, et qu'en plus le clip était disponible depuis une quinzaine de jours... J'avoue avoir eu beaucoup de mal avec cette chanson au début, je l'aimais bien mais sans plus. Mais depuis le Stade de France, et du fait qu'elle est suivie par "Tom et Jerry" sur l'album, je l'adore! Par contre, j'suis un peu déçue par le clip, parce qu'on ne voit pas Nicola et les autres d'une part. Et parce que les images de guerre sur fond arc-en-ciel, ça a quelque chose qui me dérange, même si ce sont des images de la libération, et par conséquent de bonheur. Enfin, ça n'engage que moi, je vous laisse donc regarder les images, et lire les paroles, que je trouve magnifiques 



Le Dernier Jour
Indochine


Dans les fortins il est trop tard
La chute et le déclin
Juste avant l'effondrement du monde
Et face à des armées impatientes
Il est trop tard, trop tard
Il est trop tard, trop tard

Sacrifié j'ai peur qu'on vienne
Un jour me rechercher un matin
Mon père est mort
Je ne l'avais jamais revu
Je m'en serais voulu encore
Je ne sais pas

A nos âmes dans la nuit
Le Dernier Jour est arrivé
A nos âmes dans l'oubli
Juste un dernier jour accordé
A nos larmes dans le gris
Le Dernier Jour est arrivé

Dans la forêt noire
Invité d'une danse imposée
Je vis caché à Berlin-Est
Et demain je passerai à l'Ouest
Je ne sais pas

Ca ira mais qui trahira
Dans un lit différent
Et moi j'ai froid

A nos âmes dans la nuit
Le Dernier Jour est arrivé
A nos âmes dans l'oubli
Juste un dernier jour accordé
A nos larmes dans le gris
Le Dernier Jour est arrivé

Les larmes gelées
Soupirants comme des visitants
Moi j'aime deux filles en même temps
Et comment je m'en sors à présent...

I get away..
I get away..
I get away..
I get away..

A nos âmes dans la nuit
Le Dernier Jour est arrivé
A nos âmes dans l'oubli
Juste un dernier jour accordé
A nos larmes dans le gris
Le Dernier Jour est arrivé

jeudi 16 septembre 2010

Une forme de vie - Amélie Nothomb

Sur mon retour de Belgique, quand j'ai changé de train à Paris, je suis tombée sur le nouveau Nothomb au Point Relais. Comme j'avais 2 heures de battement entre les deux correspondances, et encore 3 heures de train qui m'attendaient, j'en ai fait l'acquisition. Et je l'ai encore lu en quelques heures. Je ne sais pas vraiment que penser de ce livre qui aborde plusieurs thèmes assez importants, dont certains me touchent, de manière épistolaire. On pourrait se demander quels rapport il peut y avoir entre l'obésité, la guerre en Irak et la relation de l'auteure avec le genre épistolaire. Et bien la réponse se trouve dans "Une forme de vie". Et elle risque de vous surprendre. L'histoire en elle-même ne m'a pas convaincue outre-mesure, bien que le dénouement soit quelque peu surprenant. Amélie sait encore nous mener en bateau. Mais il y a quelques passages, quelques tournures de phrases, quelques paragraphes, qui sont juste grandioses. Et je crois que c'est le cas dans beaucoup de ses oeuvres, c'est la raison pour laquelle je continue à la lire. Malgré tout ce qui se dit sur elle et sur la perte de son talent. Je reste persuadée qu'un jour, elle va nous sortir un putain de roman et tous ceux qui ne croyaient plus en elles reviendront en disant que finalement, même le reste n'était pas si mal. Bref, là n'est pas la question. Ce roman m'a donné plusieurs fois à réfléchir, à me comparer, à me dire qu'effectivement les choses sont ainsi faites. Surtout dans tout ce qui touche à l'écriture, aux lettres, aux mots. Bien plus encore que ce qui concerne l'obésité, ou la guerre en Irak. Je crois qu'il faut que je relise ce roman à tête reposée. Pour avoir un véritable avis dessus. Car là tout de suite, je ne saurai dire où je me situe vis-à-vis de lui. Ni même si je vous le conseille ou pas. Je vous laisse quand même avec un synopsis et une jolie citation :)

Quotidiennement sollicitée par du courrier de ses lecteurs, Amélie va un jour tomber sur une lettre inattendue... Un G.I coincé en Irak l'appelle au secours pour tenter de survivre dans cette drôle de guerre. Pour se rebeller, ce white trash se goinfre de junk-food, arborant sa graisse comme une amoureuse enveloppante. Mue par son instinct de Saint-Bernard, l'écrivain lui répond en lui parlant de body-art. S'ensuit une relation épistolaire étrange...

« Les gens sont des pays. Il est merveilleux qu’il en existe tant et qu’une perpétuelle dérive des continents fasse se rencontrer des îles si neuves. Mais si cette tectonique des plaques colle le territoire inconnu contre votre rivage, l’hostilité apparaît aussitôt. Il n’y a que deux solutions: la guerre ou la diplomatie. »

samedi 11 septembre 2010

Belgium Road Trip


Kylie Minogue All The Lovers - Vacances en Belgique 2010
envoyé par Riku130

Comme je le disais dans l'article précédent, sur un coup de tête, j'ai décidé de repartir en Belgique avec Toony à la fin de ses vacances dans le Sud de la France. La décision a été prise très vite, et Nico s'est joint à l'aventure. Nous avons donc quitté Marseille dans la nuit de Vendredi 13 à Samedi 14 Août, aux alentours de 2h du matin. Après un peu plus d'une bonne dizaine d'heures de route, nous voici arrivés à Liège, sous un ciel mitigé.

Moi, en compagnie de Toony et Nico.

Malgré une nuit blanche et 1000km au compteur, nous avons décidé de passer outre la case "repos" pour partir à la découverte de Liège et de ses boutiques... Malheureusement, la fatigue nous est rapidement tombé dessus, mais ça ne nous a pas empêché de faire quelques emplettes (New Look ♥). Après ça, retour à l'appart' histoire de se préparer aux festivités du 15 Août. Et à Lièges c'est tout un programme! En résumé, les rues sont remplies de stands qui vendent de la bouffe... et du Peket! Mais qu'est-ce que le Peket, me direz-vous? Et bien c'est un alcool assez fort qui se décline en toutes sortes de saveurs plus farfelues les unes que les autres. Ça se boit dans des petits verres à liqueurs, et ça se vend par barquette de 5 verres, pour la modique somme de 5€... Et j'peux vous dire que ce soir-là, j'ai goûté beaucoup de parfums différents. Beaucoup trop... Alors un conseil, si vous tombez de fatigue, ne buvez pas, parce que l'alcool agit encore plus vite et que vous risquez de vous retrouver à moitié-nue dans les rues de Liège, à crier des choses pas très sympa, ou encore à danser sur du François Feldman et à dire "Vouuuus êêêêêtes mignoooooons" à tout bout de champ x) Mais c'était une bonne soirée, sinon!

LIEGE



Le lendemain, nous partons à la conquête d'une nouvelle ville, que dis-je, d'un nouveau pays! Direction Maastricht, aux Pays-Bas. Sous une pluie torrentielle, tandis que Nico a oublié son parapluie. Et le seul Dimanche du mois où tout est fermé... Mais c'est pas grave. C'est juste beau et dépaysant. Enfin presque, étant donné que la première chose sur laquelle nous tombons en arrivant est un tournoi de pétanque x) Nous commençons par tester le Mc Do hollandais. Pour notre tournée des Mc Do du monde. Pas de grandes différences, sauf qu'ils ont encore les verres Coca-Cola. Et un sandwich grec. Et qu'ils n'aiment pas trop les francophones... J'me contente d'un Big Tasty demandé tant bien que mal dans un anglais approximatif... Suite à ça, nous déambulons dans les magnifiques rues de Maastricht, désertes, à la recherche d'un Coffee Shop que nous avons finalement trouvé. Mais trop glauque pour y entrer et y rester. Puis la pluie est de plus en plus battante. Nous décidons donc de rentrer. Pour la soirée, nous sommes tout d'abord allés manger chez l'ancienne belle-soeur de Toony. C'est un peu compliqué à expliquer et je n'entrerai de toutes façons pas dans les détails. Mais le fait est que nous avons passé une excellente soirée, et que nous avons fait la connaissance d'une famille vraiment exceptionnelle, gentille, accueillante... Sans parler des deux petites puces, trop mignonnes *__* Ensuite, les autres sont allés à la maison du Péké, Romain a débarqué dans la bande, et moi, j'suis restée sobre, au chaud, sur MSN avec mon chéri ♥

MAASTRICHT



Troisième jour, troisième pays. L'Allemagne. Troisième garçon. Romain. Direction Aachen, aussi connu sous le nom d'Aix-la-Chapelle. Mais pour des Marseillais, c'est vraiment trop bizarre de dire qu'on va passer la journée à Aix, alors on dira Aachen :) Et là, on découvre encore une fois une ville magnifique. Sous le soleil en plus. Un réel coup de coeur... Tout est beau. Les rues, les bâtiments, les boutiques... Si on enlève le fait que j'me sois faite dévisager des pieds à la tête au Mc Do (Oui, encore... mais on a dit tournée mondiale hein >.<), tout était parfait. On a même été aux Starbucks Coffee ♥ Honnêtement, j'ai jamais été attirée par l'Allemagne, mais cette petite visite à complètement changé mon point de vue sur ce pays.

AACHEN

Mardi, nous sommes restés sur Liège. Parce que déjà, on commençait à avoir pas mal de kilomètres au compteur. Et on avait des gens à voir. Tout d'abord, j'ai eu l'immense joie de rencontre Rinouu, alias Maurine, du forum Apple Aisuru. On a commencé par un restaurant chinois à volonté (Miam ♥), où on a pu faire bien connaissance, et ensuite, on a déambulé dans les rues de Liège, de boutique en boutique. C'était un après-midi vraiment sympa et j'ai découvert une jeune fille adorable, mignonne comme tout et marrante. D'ailleurs, le courant est tout de suite passé entre elle et Nico, Toony et Romain =) Suite à ça, nous étions invités à manger chez, l'ancienne belle-maman de Toony. Nous avons retrouvé les deux puces, Masha et Camille, leur maman et nous avons aussi rencontrer tout le reste de la famille. Et je reste sur cette impression super positive car ce sont des gens réellement exceptionnels... Bref, une soirée vraiment géniale que nous avons prolongée en retrouvant Maurine à nouveau pour aller boire un verre dans un bar où il faisait vraiment trop chaud T.T Mais c'était sympa malgré tout et j'suis tellement contente d'avoir pu revoir Maurine que j'suis passé outre les inconvénients!

LIEGE



Pour notre dernier jour touristique, nous avons fait fort Toony, Nico, Rominou et moi! A savoir que nous avons traversé la Belgique en largeur pour nous rendre en Flandre. Plus précisément à Oostende histoire de voir la Mer du Nord pour commencer. Ça change de la Méditerranée, ça dépayse. Mais on n'est pas resté longtemps. Juste le temps de grignoter une "Pita" (un Kebab quoi...), de prendre quelques photos, et nous voilà déjà repartis pour la ville qui a été, à mes yeux, la plus belle de toutes. A savoir Bruges. C'était juste magnifique. Son surnom de "Venise du Nord" lui va à ravir! Honnêtement, j'pense que c'est une des plus belles villes que j'ai visité de toute ma vie ♥ J'aurai pu me balader des heures entières dans ses rues pittoresques, à regarder passer les calèches tirées par des chevaux... Et c'est ce que nous avons plus ou moins fait en nous arrêtant à la terrasse d'un bar, avant de repartir en direction de l'Atomium de Bruxelles où nous avons mangé dans un "soi-disant" restaurant français de Bruparck. Mais où nous avons tout de même passé un très bon moment.

OOSTENDE



BRUGES



BRUXELLES



Je vais enfin conclure ce très très long article, en me répétant sûrement, mais en disant que j'ai passé un séjour vraiment extraordinaire. J'ai découvert des pays tous plus beaux les uns que les autres ainsi que des gens merveilleux. Même si j'avais souvent la tête ailleurs parce que mon chéri me semblait encore plus loin, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Et j'ai profité de tout au maximum. N'hésitez pas, si ce n'est déjà fait, à regarder la vidéo faite par Nico qui retranscrit vraiment le rythme de folie de ce séjour, à 200 à l'heure! Mes derniers mots seront pour Toony, pour le remercier de son accueil, de nous avoir fait découvrir tant de choses, tant de gens... Merci Toony, je t'aime et tu me manques. Mais je suis tellement heureuse de ces retrouvailles, et de te revoir bientôt!

Toony et moi à Aachen

Toutes les photos sont disponible
sur Picasa!
 
Copyright 2009 Moonlight Memories. Powered by Blogger
Blogger Templates created by Deluxe Templates
Wordpress by Wpthemescreator
Download Royalty free images without registering at Pixmac.com